Loading
Juin 7, 2017

365Project : Une vidéo par jour (Mai)

Mai

Musique : Lianne La Havas – Au cinéma

Le mois de Mai. Un mois rythmé de dates à retenir, rythmé par les danses enflammées des bougies et par les souvenirs à raconter. On se rappelle de nos premières fois, du premier anniversaire où on a trinqué dans la chaleur estivale, du deuxième où on s’est promenés appareils photos à la main. Plus capricieux que dans nos souvenirs ensoleillés. Mai nous a baladé entre le printemps et l’été, sans vraiment se décider. Alors je scrutais la météo, 15 jours en avance, en même temps qu’arrivaient tous ces messages à cacher, pour ne rien gâcher, priant pour que le ciel bleu soit tel que je me l’étais imaginé depuis des mois. « Prévenir tout, sauf l’imprévu ». Paris est toujours aussi belle, mais encore plus belle quand elle est sous nos yeux, de Montmartre à Notre-Dame, du haut des toits. Paris est toujours aussi étonnante, surtout quand elle est accompagnée de rendez-vous surprise, au pied de l’appart ou derrière des portes coulissantes. Des retrouvailles, des découvertes, des rencontres, des Polaroïds, des mots et surtout des rires. Et le grand retour du soleil. Comme si toutes ces bougies avaient aussi entendu mes vœux.

365 project – Une vidéo par jour

Mai débute du pied gauche, avec des pluies et des lumières trop bleues pour un cinquième mois de l’année. Entre le froid et le chaud, on ne sait jamais sur quel pied danser. Alors j’essaie de rendre la pluie poétique, au cas où les éclaircis n’arriveraient jamais. Les végétaux continuent à vivre au gré de leurs saisons, dans un silence parfois trop rapide pour nous. Mais mine de rien, Mai fait son bout de chemin vers Juin, nous offrant quelques jours presque trop chauds et des lumières contrastées dignes d’un début d’été.

Des filtres Polaroïds, je passe de plus en plus aux filtres diapo, plus saturées, plus « vacances d’été ». Les séquences sont moins abstraites, plus personnelles, des visages apparaissent plus souvent, parfois cachés dans les reflets, parfois en tant qu’acteurs principaux. Je me dis que se filmer est un exercice plutôt étrange, encore plus que les autoportraits.

Filmer est devenu une habitude, au point que parfois j’oublie de faire la photo de la scène, ou que je retrouve des vidéos supplémentaires dans mes autres appareils et iPhone. Je me demande toujours ce que je pourrai faire de toutes ces vidéos que j’ai du mal à supprimer, parfois pour le souvenir, parfois pour le « au cas où ».

Leave a comment